Test de paternité : Quel échantillon choisir et envoyer au laboratoire ?

Les personnes qui ont un doute sur leurs origines et souhaitent recourir à un test
ADN pour avoir le cœur net n’ont bien souvent pas le courage de lancer un grand débat familial sur la
question. Afin d’éviter de saisir la Justice pour effectuer un test de paternité, et de mettre les
personnes à l’égard desquelles on a un doute au courant de la procédure, il est possible de s’engager
dans une voie beaucoup plus discrète : le test de paternité en ligne.

Il existe différentes façons d’effectuer un test ADN de paternité chez soi

Lorsque le test de paternité est effectué dans un laboratoire, ce dernier est effectué
au moyen d’une prise de sang ou d’un frottis buccal. Ces échantillons contiennent en effet une
quantité très largement suffisante d’ADN qui permet d’affirmer les résultats du test. Or, lorsqu’un
test de paternité est effectué chez soi, il n’est pas possible d’avoir recours à ces méthodes de
prélèvement. Il est donc nécessaire de prélever divers échantillons, qui ont une bonne chance de
contenir de l’ADN, afin de les renvoyer au laboratoire d’analyse.

Comment choisir les échantillons qui seront utilisés dans le test ADN de paternité ?

Le prélèvement de l’échantillon est sans doute l’étape la plus importante à réaliser
lorsque vous sollicitez d’un laboratoire étranger qu’il effectue une comparaison ADN dans le cadre
d’un test de paternité. L’échantillon choisi, s’il contient suffisamment d’ADN, permettra au
laboratoire d’extraire les séquences ADN qui y sont présentes, afin de les comparer aux échantillons
de la personne qui sollicite le test. Ainsi, il est possible d’établir un lien de paternité entre un père
présumé et son enfant de manière scientifique, ou au contraire de réfuter cette hypothèse.

Le frottis buccal, qui est la méthode la plus utilisée pour effectuer une comparaison
ADN, est un prélèvement beaucoup invasif. Il serait en effet impossible pour le demandeur
d’effectuer le prélèvement en toute discrétion, à l’insu de la personne testée. Afin d’y remédier, le
laboratoire d’analyse ADN peut se contenter d’un certain nombre d’autres échantillons, qui
contiennent de l’ADN, afin d’effectuer la comparaison dès réception des prélèvements. Si
l’échantillon renvoyé au laboratoire contient des données génétiques, le résultat sera donné avec
une fiabilité supérieure à 99,99%. En revanche, si l’échantillon ne contient pas suffisamment d’ADN à
étudier, le laboratoire ne pourra pas se prononcer sur la paternité d’un individu. Il est donc
nécessaire de choisir au mieux les éléments qui seront récoltés et envoyés au laboratoire d’analyse
médicale par voie postale.

Privilégier le sang et le sperme pour son test ADN

Quels sont les meilleurs échantillons pour
procéder à un test ADN de paternité ? La réponse est sans aucune hésitation : le sang et le sperme !
Une tâche de sang ou de sperme imbibée dans un vêtement ou dans un coton possède énormément
de chances de contenir suffisamment d’ADN pour que le laboratoire puisse obtenir des résultats très
fiables. Ainsi, tampons et pansements sont à privilégier lors du recueil de votre échantillon.

Cheveux, ongles, chewing gum : un choix secondaire pour son test ADN

Il est vrai qu’il est plus facile de recueillir une mèche de cheveux qu’un pansement
fraichement imbibé de sang. Les cheveux seront parfaits pour demander au laboratoire concerné
d’effectuer un test de paternité, car ces derniers possèdent une probabilité de contenir de l’ADN
supérieure à 75%. Avec seulement quelques brins de cheveux, il est possible d’obtenir sous quelques
jours seulement le résultat du test, et donc de savoir si la personne visée par le test est son père
biologique ou non.

Lorsqu’une personne se coupe les ongles, ces derniers peuvent être ramassés à
l’aide du kit de prélèvement. Dans ce cas, il est nécessaire que la coupe soit suffisamment fraiche,
afin que la quantité d’ADN présente dans l’échantillon ne se soit pas dégradée avec le temps. À noter
que de la cire d’oreille présente sur un coton tige pourra également tout à fait faire l’affaire au
moment de l’étude des échantillons.

Si le frottis buccal est privilégié par les scientifiques, c’est parce que la salive contient
une quantité d’ADN bien supérieure aux autres éléments du corps. Aussi, lorsque le demandeur a
l’occasion de recueillir un chewing-gum fraichement mâché, l’échantillon est très intéressant pour le
laboratoire, car ce dernier a de fortes chances de pouvoir permettre de mener une étude scientifique
sur la question.

Certains prélèvements sont à éviter pour solliciter un test ADN

Si des prélèvements tels que le sang ou un chewing gum peuvent faciliter la tâche du
laboratoire dans le cadre d’un test de
paternité
, d’autres échantillons ont au contraire peu de chance de contenir de l’ADN pouvant
être exploité lors de la recherche. C’est notamment le cas des lames de rasoir, des mégots ou encore
des pailles de boissons. À l’instar d’une paille, les scientifiques n’ont que 60% de chance de retrouver
de l’ADN exploitable dans un tel échantillon, ce qui rend le test quasiment impossible à réaliser.
Mieux vaut dans ces cas attendre un petit moment après la réception du kit de prélèvement, afin de
trouver une meilleure occasion de prélever un échantillon correct.

Peut-on utiliser le test de paternité en Justice en France ?

Dès lors qu’une personne souhaite agir en justice pour démontrer que son père
potentiel n’est pas réellement son père biologique, il sera nécessaire d’engager une action en
recherche de paternité. La procédure officielle permettra alors de contraindre le père présumé à
effectuer un test ADN de paternité afin de tirer la vérité sur les origines d’un enfant.

Cependant, avant d’engager un avocat et une telle procédure judiciaire, il est tout à
fait possible d’avoir recours à un test de paternité sur Internet. Ce dernier ne pourra pas faire foi en
justice, mais permettra tout de même au demandeur de connaître la réponse à ses diverses
interrogations relatives à ses origines. Si le résultat du test est négatif, alors l’enfant pourrait engager
une procédure en recherche de paternité de manière plus sereine.

Comment rester discret lors de la réalisation d’un test ADN ?

Contrairement aux tests classiques, le test de paternité commandé en ligne auprès
d’un laboratoire étranger arrive directement au domicile du demandeur, sous un pli discret. Le test
ne met jamais à découvert l’identité des personnes testées. La personne 1 et la personne 2,
auxquelles correspondent les échantillons, ne doivent aucunement justifier de leur identité pour
effectuer le test. Ce dernier peut donc être effectué à l’insu de la personne réellement concernée. En
toute logique donc, les résultats fournis directement sur Internet ne pourront pas lui être opposés en
Justice.